animalumière

dumas, toino
,
animalumière,
Le lézard amoureux
,
2016
,
78 p
.
Prix : 
16,95 $
ISBN : 
978-2-923398-35-8
Objet délicat que cet animalumière, qui offre une poésie accueillante dans son lyrisme subtil et entraînant, et qui pourtant échappe à la prise : « [sa] famille est un poisson de rivière ».
 
Le livre s’ouvre avec une suite « sur la lumière » où on redécouvre ce mot, cette image, sous un nouveau jour. Puis le texte bifurque (ou se poursuit) vers une quête d’équilibre, de joie, entre la résistance à ce qui tente de nous assagir et le constat d’une paix déjà existante, présente depuis toujours dans le monde. 
 
On retrouve avec bonheur la voix pleine d’élan de l’Antoine Dumas de Au monde. Inventaire, sa façon de montrer le « je » poétique constamment en risque, en remise en question, dans le fouillis de l’existence. Cohérente jusqu’au bout, la démarche de ce/tte poète inclassable l’amène à adopter des noms de plume variés, à opérer un glissement entre les genres. Glissement harmonieux et superbe, qui laisse la place à l’essentiel: le réel, les images. Là aussi, la frontière est poreuse.
 
« la lumière est la somme des états du monde, alluvions des désirs sans territoire et des pesantes peurs / un interrègne continuel de jours sans moisson où je me baigne dans la sculpture de tout, ma pensée comme un fjord de futur à incurver / dans mes côtes les sédiments de nos hantises, la trace de l’effort pendant l’ascension / pourquoi finirais-je cette phrase »